02

Un soleil rouge dégueule
Ses nappes brûlantes
Qui coulent devant mon œil
Ouvert et froid
Ne réchauffent que nos cœurs
Dans le silence du fracas
Les autres crient peut être

Mais pourquoi je ris et vis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.